Below the Header Ad
News in French

Mauritanie : Liaisons dangereuses avec Al-Qaida

Above Article Ad

Des documents attribués à Oussama Ben Laden viennent d’être déclassifiés par l’administration américaine. Ils révèlent qu’Al-Qaida au Maghreb islamique (Aqmi) aurait passé, en 2010, un pacte de non-agression avec le pouvoir mauritanien. Le testament de Ben Laden n’en finit pas de faire des révélations. Sa récente déclassification a apporté sur la place publique certains “petits secrets”, dont des lettres que Ben Laden avait envoyées à des proches.

Parmi ces documents, se trouverait un contrat datant de 2010 établi entre Ben Laden et le président mauritanien, Mohamed Ould Abdel Aziz. Il ne s’agit pas seulement d’un pacte de non-agression, comme certains pays au Sahel ont été tentés d’en passer (l’ex-président burkinabé Blaise Compaoré avait pu trouver des arrangements avec certains Touaregs extrémistes).

Aziz est allé beaucoup plus loin. En substance, son pacte avec le diable (renouvelable tous les ans) engageait Aqmi à s’abstenir de toute opération militaire en Mauritanie. Pour sa part, la Mauritanie se devait de ne pas attaquer les combattants du mouvement sur son sol et, surtout, de libérer des prisonniers membres d’Aqmi. Vrai ou faux ? Certains faits trahissent le pouvoir mauritanien qui, en 2015, a libéré, sans l’avoir jamais présenté à la justice, Sanda Ould Bouamama, l’un des principaux leaders de l’insurrection dans le nord du Mali et ancien porte-parole d’Ansar Dine (allié d’Aqmi).

De même, le cas de Khadim Ould Semane suscite bien des interrogations. Ce chef d’Aqmi (en Mauritanie) arrêté en 2008 et condamné à mort en 2010 est… toujours en vie. Autre signe ? Ce pays est redevenu subitement calme après une spirale de violence : l’assassinat, le 24 décembre 2007, de quatre touristes français ; l’attaque de la base militaire d’Al-Ghallaouia, qui a coûté la vie à trois soldats ; l’attaque de l’ambassade d’Israël et d’une boîte de nuit à Nouakchott… Et depuis 2010, plus rien.

 

Related Articles

Back to top button