Below the Header Ad
CommentaryNews in French

Le problème des supermajors américaines

Above Article Ad

PAR CLAIR BROWN

NEW YORK – Le dernier rapport du Groupe d’experts intergouvernemental sur l’évolution du climat (GIEC) ne laisse pas l’ombre d’un doute. L’humanité a déjà émis suffisamment de gaz à effet de serre pour faire grimper la température atmosphérique d’au moins 1,5 °C au-dessus des niveaux préindustriels. Cela va entrainer des changements climatiques extrêmes et irréversibles au cours des deux prochaines décennies.

Il est encore temps d’éviter un réchauffement climatique d’ampleur catastrophique, mais il faudra réduire les émissions de dioxyde de carbone de 80 % d’ici 2030 et de 100 % d’ici 2050. Et même si le Secrétaire général des Nations Unies António Guterres qualifie le dernier rapport de « code rouge pour l’humanité », une réponse efficace est bien loin d’être garantie.

En l’état actuel des choses, le Rapport annuel sur l’écart entre les besoins et les perspectives en matière de réduction des émissions de 2020 montre que les pays riches de l’OCDE ne réduisent pas leurs émissions assez rapidement et que les économies en développement sont sur la bonne voie pour continuer à augmenter les leurs. Avant la Conférence mondiale sur les changements climatiques (CO26) de novembre à Glasgow, les dirigeants mondiaux s’empressent de s’entendre sur des objectifs plus ambitieux de réduction des émissions – les contributions déterminées au niveau national (CDN). Jamais la reconnaissance du besoin d’action climatique n’a été aussi prégnante.

Néanmoins, les projets à l’étude restent très insuffisants et un manque de volonté politique se fait cruellement sentir. « Il est de notre devoir de combler ce fossé entre rhétorique et action, prévient l’Agence internationale de l’énergie (AIE), si nous voulons avoir une chance de parvenir à zéro émission nette d’ici 2050 et limiter la hausse des températures mondiales à 1,5 °C. » Pour réussir, il ne faudra « rien de moins qu’une transformation totale des systèmes énergétiques qui sous-tendent nos économies ».

L’AIE a proposé une feuille de route pour amener le secteur mondial de l’énergie à zéro émission nette d’ici 2050. Le rapport du GIEC ouvre également plusieurs voies en vue de la création d’un monde à zéro émission nette. Malheureusement, les États-Unis, le plus grand émetteur historique du monde, ne suivent aucun de ces conseils.

Prenons par exemple le projet de loi sur les infrastructures, chiffré à mille milliards de dollars, que le Sénat américain vient d’adopter. Il était censé contenir un certain nombre de dispositions liées au climat, telles que la création d’une norme pour la production d’électricité propre, le financement de transports publics à zéro émission, la construction d’une infrastructure nationale dédiée à la recharge de véhicules électriques et la création d’un Civilian Climate Corps pour le climat. Mais après des mois de négociations litigieuses, ces dispositions ont été en grande partie supprimées, ce qui a abouti à une politique qui, si elles avait été adoptée par la Chambre des Représentants, aurait approuvé les énergies fossiles et les systèmes de transports dépassés.

Les démocrates du Sénat espèrent se rattraper après un tel revers en proposant un plan budgétaire de 3,5 mille milliards de dollars, en faveur de l’action climatique et d’un élargissement significatif du filet de protection sociale. Encore faut-il rédiger le projet de loi en question – et cette tâche incombe aux comités du Congrès. En outre, de nombreux éléments de ce projet de loi – en particulier ceux relatifs au climat – risquent de fondre ou d’être édulcorés à chaque passage entre les mains de chaque comité.

Cela n’est pas de bon augure pour les Démocrates américains, qui comptent sur le soutien électoral des jeunes électeurs, pour qui le changement climatique est une priorité absolue. Si les Démocrates perdent leur avantage – par exemple lors des élections de mi-mandat de l’année à venir – les chances que les États-Unis prennent des mesures efficaces pour protéger la planète seront d’autant plus réduites. Même à l’heure actuelle, les pressions exercées par le lobby du secteur des combustibles fossiles et celles exercées par les Républicains sont si fortes que l’administration du président américain Joe Biden n’a pas seulement échoué à limiter la production de pétrole sur les terres publiques et tribales, mais a également approuvé plus de 2 100 permis de forage.

Les Américains veulent des mesures climatiques plus contraignantes. Dans un sondage récent, 53 % des électeurs inscrits ont déclaré que le réchauffement de la planète devrait être déclaré prioritaire ou hautement prioritaire par les pouvoirs publics, et 66 % d’entre eux ont déclaré que le développement de sources d’énergie propre devrait être déclaré prioritaire ou hautement prioritaire. Un autre sondage a montré qu’environ deux tiers des électeurs potentiels – dont près de la moitié des Républicains – pensent que les compagnies pétrolières et gazières ont trop de pouvoir.

Ils ont raison. Depuis des décennies, le secteur pétrolier produit des études de manipulation et finance d’importantes campagnes de marketing pour convaincre le public que le pétrole et le gaz « naturel » sont essentiels à la croissance économique et qu’ils sont non nocifs pour la planète. Ce secteur a également engagé des dépenses généreuses afin d’influencer les législateurs au niveau national et au niveau des États, notamment en Californie, un leader du climat, en bloquant par ce moyen des lois et des politiques liées au climat.

Les législateurs américains doivent commencer à écouter les électeurs, échapper à la mainmise des lobbyistes du pétrole et du gaz et à adopter des politiques qui reconnaissent l’ampleur de la crise climatique. Cela revient à mettre en place une réduction drastique des émissions d’équivalent carbone du pays. Bien que les émissions nationales aient récemment augmenté plus lentement que la production, l’AIE avertit que l’intensité carbone de l’économie américaine reste beaucoup trop élevée. Le découplage entre les émissions et la croissance économique doit brusquement s’accélérer.

Les États-Unis disposent de la technologie et des ressources nécessaires pour créer une économie moderne et propre. Il leur manque tout simplement la volonté politique d’y parvenir. Ce phénomène a des implications de grande ampleur. En tant que première économie mondiale, dotée des émissions de CO2 par habitant les plus élevées, les États-Unis sont essentiels au succès de la COP26.

Au-delà de leur incidence directe, les États-Unis ont une influence considérable sur d’autres grandes économies, dont la Chine, qui produit actuellement 27 % des émissions annuelles de gaz à effet de serre et sur l’Union européenne, qui en émet 6,4 %. Avec les 11 % de l’Amérique, ces trois économies produisent près de la moitié des émissions mondiales. Le fardeau de l’action climatique incombe principalement à ces économies, qui devront fournir une aide financière et des incitations pour encourager d’autres émetteurs importants, comme l’Inde (6,6 %), à adopter des énergies propres.

Depuis des décennies, les supermajors exercent un pouvoir supérieur à celui de l’électorat américain. Le dernier rapport du GIEC établit sans la moindre équivoque les raisons pour lesquelles cette situation doit évoluer. Pour que notre planète reste habitable, les majorités populaires en faveur de l’action climatique – à commencer par les Américains – doivent se réunir et exiger que leur gouvernement fasse le nécessaire.Copyright: Project Syndicate, 2021.
http://www.project-syndicate.org

Related Articles

Back to top button