Below the Header Ad
News in French

Brumskine veut recruter les délinquants dans l’armée

Above Article Ad

Le leader politique du Liberty Party, Me Charles Walker Brumskine, veut recruter les délinquants et les enfants de la rue communément appelés ici « Zogos » au sein des forces armées du Libéria (AFL), s’il est élu présidentlors de la prochaine présidentielle.


Me Charles Walker Brumskinepromet sortir les délinquants de la rue en les enrôlant dans l’armée, pourtant les nouvelles forces armées du Libériainterdisent les toxicomanes, les personnes ayant un casier judiciaire et tous ceux qui se sont rendus coupables de violation des droits de l’homme en son sein.
S’adressant le weekend dernier aux membres de l’Association des directeurs d’école du Liberia dans la ville portuaire de Buchanan, dans le comté de Grand Bassa, Me Brunskine, qui vise la magistrature suprême, a fait croire que l’un des meilleurs moyens de réduire la criminalité est de recruter les criminels dans l’armée où ils recevront une formation professionnelle et des compétences professionnelles qui leur permettront de devenir des citoyens productifs.

Il a expliqué qu’en cas de guerre, les « zogos » seront les premiersau front parce que l’armée nationale sera devenue plus professionnelle et que le gouvernement ne permettra pas aux soldats professionnels d’être en première ligne au front face aux forces ennemies.

L’espoir présidentiel a ajouté que la plupart des criminels qui pullulent dans les rues sont des ex-combattants, qui ont combattu pendant la guerre civile du pays. La meilleure façon donc de les sortir de la rue est de les réintroduire dans l’armée. Son gouvernement leur donnera une formation sérieuse et ensuite, ils pourront décider eux-mêmes s’ils voudront rester dans l’armée ou retourner à la vie privée pour explorer d’autres horizons.

D’après lui, le processus de recrutement se fera conformément aux meilleures pratiques internationales, soulignant que les « zogos » sont des citoyens, « des Libériens qui méritent de meilleures opportunités pour un avenir meilleur. Si nous choisissons de les laisser dans les rues, d’autres enfants se joindront à eux et le problème ne fera que s’empirer au fil du temps », prévient le numéro un du LP.

Parlant de l’éducation, Brumskine a déclaré que son administration recruterait des diplômés des écoles secondaires et les enverrait dans les comtés dans le cadre du programme d’alphabétisation des adultes. Ils y auront une occasion unique d’apprendre la culture et les traditions des gens avec lesquels ils interagiront. Selon lui, le programme d’échange des diplômés renforcera également les efforts du gouvernement en faveur de la réconciliation nationale.

Pendant ce temps, des centaines de citoyens, dont le Secrétaire général adjoint à la presse et aux affaires publiques de la Coalition pour le changement démocratique, ont adhéré, vendredi 12 mai, au Parti de la liberté, à quelques mois de l’échéance électorale.
Suite à sa récente démission de la coalition pour le changement démocratique (CDC), MenipakeiDomue, avec à ses cotés son collègue KanioGbaiGbala, a officiellement déclaré son adhésion au LP de Me Brumskine.

Les libériens assistent ces derniers temps à une transhumance sans précèdentdes politiciens qui sautent d’un parti à l’autre. Pour beaucoup, c’est la preuve que ces politiciens sont des opportunistes aux motifs égoïstes. En d’autres mots, ce sont des personnes qui n’ont d’autres objectifs que de se remplir le ventre. Il serait illusoire de penser qu’ils ont la moindre pensée pour le développement des partis qu’ils rejoignent, encore moins pour l’intérêt supérieur de la nation, loin de là.

La semaine dernière, l’ancien trésorière nationale du Parti de la Liberté, madame Nuwoeh Scott, démissionnait et prêtait allégeance au Congrès pour le changement démocratique ou CDC du sénateur George Weah. Madame Scott fut également secrétaire exécutive de Me Charles Brumskine avant sa défection.
Domue, dans une communication adressée au président du Parti démocratique du peuple libérien (LPDP), Moses Y. Kollie, le 10 mai, a déclaré que sa décision de quitter la Coalition est due au manque de confiance dans sa direction politique actuelle, Ajoutant : « J’ai finalement succombé à la ligne dure de la Coalition ».
Parlant aux militants du LP au siège du parti à Monrovia, Domue a déclaré que sa décision de rejoindre officiellement le Parti de la Liberté résultait également d’un désir de changer de cap, de réexaminer la direction et d’adopter une nouvelle vision pour le Libéria.

« Nous ne pouvons pas être systématiquement des tribalistes et à la fois jaloux de l’avenir de ce pays. Nous devons changer de cap, réexaminer notre direction et embrasser une nouvelle vision », a-t-il souligné, puis ajouté«J’ai été en désaccord avec ce parti avant et je me suis opposé à lui si fortement. Il y a des intellectuels ici avec lesquels j’ai débattu si ardemment. Si les mentalités ne peuvent pas être influencées, le dialogue public n’aura aucun but. Je suis ici aujourd’hui parce que je préfère la sagesse à la radicalisation ».

Selon lui, il y a un débat en cours sur la question de savoir s’il faut oui ou non revenir à l’ancienne politique ethnique où les sois disant autochtones et les descendants des esclaves affranchis se feront la guerre intellectuellement et politiquement.
“Le Liberty Party”, a-t-il fait remarquer, « a été très clair qu’il n’endosserait pas une telle guerre. Le parti dit que les autochtones et les « Congos » peuvent mieux réussir ensemble. C’est un meilleur argument ».

Please follow and like us:
error2
Tweet 20
fb-share-icon20

Related Articles

Back to top button
error

Enjoy this blog? Please spread the word :)

RSS
Follow by Email
Twitter