Below the Header Ad
News in French

L’Union africaine et la CPI au bord du divorce

Above Article Ad

Justice du deux poids-deux mesures, néocolonialisme… Les griefs de l’Union africaine à l’encontre de la Cour pénale internationale sont anciens et récurrents. Lors de son 26e sommet, l’organisation continentale a brandi la menace d’un retrait collectif. Énième gesticulation, ou dernier avertissement ?

Simple effet d’annonce, ou menace sérieuse de voir imploser la Cour pénale internationale ? Régulièrement agitée lors des sommets de l’UA, l’éventualité d’un retrait collectif des 34 États africains signataires du statut de Rome a une nouvelle fois été évoquée, fin janvier, à Addis-Abeba. Sur proposition d’Uhuru Kenyatta, le président kényan, une résolution prévoyant « l’élaboration d’une feuille de route pour un retrait de la CPI » a été adoptée à huis clos par l’assemblée des chefs d’État.

Si le calendrier et les modalités restent flous, au vu du document provisoire consulté par J.A., le casus belli est bien réel : les dirigeants africains exigent l’arrêt des poursuites visant deux de leurs pairs. Faute de quoi ils menacent de laver, à l’avenir, leur linge sale en famille…

Depuis 2002, la totalité des enquêtes que la CPI a ouvertes concernent le continent africain, ce qui suscite une réaction épidermique à l’égard d’une justice que certains qualifient de néocoloniale – d’autant que de grandes puissances comme la Russie, la Chine ou les États-Unis n’ont jamais adhéré au statut de Rome.

Mais la véritable cassure est survenue en 2009, lors de l’émission d’un mandat d’arrêt international contre le président soudanais, Omar el-Béchir. Elle n’a fait que s’accentuer lorsqu’une procédure a visé Uhuru Kenyatta. Si les charges retenues contre le second ont finalement été abandonnées, le premier reste sous le coup d’un mandat d’arrêt que les pays africains refusent d’appliquer. Pour l’UA, qui exige la levée des poursuites dans ces deux dossiers, pas question de voir des chefs d’État être inquiétés pendant la durée de leur mandat.

 

Related Articles

Back to top button